samedi 16 janvier 2016

Raquette à neige, un sport pour tous!

Que ça soit comme mode de déplacement pour marcher sur des couches épaisses de neige molle ou pour pratiquer un sport d’hiver pour garder la forme, faire de la raquette est un sport populaire et accessible.  En raquette, il est possible de surmonter des obstacles infranchissables pour les skieurs de fond, comme par exemple les montées très abruptes.

 


Qu'il s'agisse d'une randonnée en raquette dans de vastes étendues, en forêt ou sur des lacs gelés, en montagne ou dans des sentiers balisés  des stations de sports d’hiver,  cette activité convient aux  adeptes de tous âges puisqu'il y a qu'à choisir un circuit qui convient à chacun.  Aucun apprentissage n’est nécessaire puisque si nous pouvons marcher nous pouvons faire de la raquette.


raquettes traditionnelles


Deux types de raquette à neige : 


1. Des raquettes de bois et babiche dites raquettes traditionnelles.

2. Des raquettes modernes faites de métal léger et une structure à base de polymère fondu, de plastique ou de matériaux composites résistants aux chocs.
raquette moderne




Les raquettes traditionnelles

Les raquettes traditionnelles de babiche sont utilisées depuis longtemps. Elles sont composées d’un cadre en bois léger et de babiche tressée auxquelles sont fixées des attaches en cuir. 

Pour utiliser les raquettes traditionnelles, il est  habituellement indiqué de chausser des pichous aussi appelés des "souliers sauvages" ou "souliers mous".  C’était à l’origine une chaussure d’hiver des  Amérindiens du Canada.  Le pichou était fait d'une pièce en cuir d'orignal, de caribou ou de boeuf. La pièce de cuir était habituellement cousue de façon grossière sur le dessus du pied et elle était refermée au moyen d’un lacet sur la jambe.  



 


En langue amérindienne, le mot pichou désigne le lynx du Canada.  


crédit photo: Gouvernement du Canada
Aujourd’hui utilisées pour les sports récréatifs par les randonneurs et les coureurs, les raquettes étaient jadis des outils indispensables à la survie des coureurs des bois pour la chasse du gibier et assurer les portages d’hiver en liaison avec le commerce des fourrures dans les régions recouvertes de neige abondante.  Les raquettes étaient utilisées par toutes les tribus d’Indiens vivant là où les hivers étaient enneigés et les formes de la raquette ont été définies par l’usage en fonction de la qualité de la neige, de la taille du marcheur…  L’utilisation des raquettes à neige  a grandement facilité la colonisation de l’Amérique du Nord. Encore aujourd'hui, certains priorisent les raquettes traditionnelles tandis  que d'autres recherchent  ces raquettes  pour la valeur artisanale liée à leur construction.

Les quatre types de raquettes traditionnelles :
·        
·         la queue de castor, utilisée sur les pistes et espaces découverts ;
·         la queue d'hirondelle, relevée à l'avant et effilée pour permettre de se déplacer rapidement sur terrain plat ;
·         le bout rond pour les pays montagneux et vallonnés ;
·         la patte d'ours, ronde et plate, pour les terrains boisés et accidentés.

Les matériaux utilisés :
La fabrication des raquettes traditionnelles est variable. Le bois de mélèze ou de bouleau se retrouve fréquemment pour l'armature, les lanières de cuir en peau de caribou, voire de phoque, d'ours et récemment de cheval.

Crédit photo: Club Plein Air Roberval

Actuellement, les raquettes qu’elles soient ‘traditionnelles’ ou ‘modernes’ constituent un équipement indispensable à l’usage des gardes forestiers et de tous ceux qui doivent se déplacer dans des secteurs inaccessibles aux véhicules motorisés en saison hivernale. Elles sont aussi pratiques pour les motoneigistes lors de leurs randonnées en forêt.


Quelle que soit la configuration, toutes les raquettes en bois sont qualifiées de traditionnelles et toutes les autres, dans d'autres matériaux, de modernes.

 Les raquettes dites modernes :

Caractéristiques : Le dessous d'une raquette moderne avec une fixation articulée et des pointes de métal pour l'adhérence dans les montées raides.
Les raquettes modernes, plus courtes et plus étroites que les anciennes raquettes en bois, facilitent la marche… fini l’allure de cowboy, les jambes écartées.
Toute chaussure peut être portée avec ces raquettes, même si des chaussures de randonnée sont préférées parmi les pratiquants pour le loisir (les coureurs préfèrent des chaussures de course).

Trois types de raquettes modernes :

·        Course (petite et légère ; non destinées à la randonnée) 
·        Loisir (un peu plus large ; pour des marches modérées de 5 à 8 km) ;
·        Alpinisme (la plus large ; pour des pentes raides, des longs parcours et le hors sentier).

À Pointe des Américains, Alma
Des accessoires optionnels :
Les raquetteurs utilisent souvent des bâtons de randonnée comme un accessoire destiné à les aider à s'équilibrer sur la neige. Il n'est cependant pas nécessaire d'en avoir.
Dans la neige profonde, les raquetteurs porteront souvent des guêtres pour empêcher la neige de rentrer dans leurs chaussures par le haut.




 Quelques SENTIERS de raquette :


À Alma :

Parc Régional des Grandes Rivières Dolbeau-Mistassini
Le Parc régional des Grandes-Rivières met en valeur les paysages associés aux rivières du Nord du Lac-Saint-Jean. Été comme hiver, un réseau de sentiers.

Parc de la Pointe des Pères, Dolbeau-Mistassini
Départ : au bureau d'accueil, refuge chauffé
Sentiers : en boucles, avec interprétation bilingue, balisés. 
Longueur : 5 km. 
Niveau : facile (5 km). 
Accès gratuit.
 
 
Mont Lac-Vert, Hébertville
 RAQUETTE (piste exclusive)
Niveau de difficulté : B1
Longueur totale : 7 km
Services : location d'équipement, boutique, école, restauration, réparation (garderie les fins de semaine et journées fériées).
Carte disponible à l'accueil du site.

Centre Vacances Nature – Auberge Éva, Lac-Bouchette
RAQUETTE (piste exclusive) 
Niveaux de difficulté : A1/B1 
Longueur totale : 2 km
Location de raquettes. 
Carte disponible à l'accueil du site. Hébergement et restauration sur place.


Club plein-air Roberval


Sentier de Raquette de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean
RAQUETTE (piste exclusive)
Niveau de difficulté : A5
Longueur totale : 11,4 km Service : restauration.
Carte disponible à l'hôtel de ville et à l'accueil du site.


Club Tobo-Ski, Saint-Félicien
RAQUETTE (piste exclusive)
Longueur totale : près de 30 km
Services : location d'équipement , restauration, boutiqueService également en anglais selon disponibilité.



Sources :
Wikipedia




Les activités hivernales au Lac Saint-Jean / Message de Bienvenue


►   ►     Les références écrites en bleu sont cliquables:








Vélo d’hiver (fatbike) / La Traversée du Lac St-Jean à Vélo

 

 

Vélo neige (Snowscoot) (Scooter des neiges):

 


 

 

 

Carnavals d’Hiver et les Villages sur Glace – 2015

Carnavals d’Hiver et les Villages sur Glace et Activités hivernales  2016 

(L'album 2016 est en développement... à suivre)

 

 

* ** La glace / sports d'hiver sécuritaires ***


(Note:  Les références écrites en bleu sont cliquables)






 


Bienvenue à la nouvelle abonnée au 
BLOGUE des Bleuets!

Mme Lilianne Boucher, c’est avec un grand plaisir que je déroule le tapis rouge pour vous accueillir sur le blogue des Bleuets du Lac Saint-Jean.  

Vous pouvez parcourir le contenu du blogue à votre convenance et marquer votre réaction suite à la lecture de chacun des billets publiés ainsi que laisser vos commentaires si vous le désirez.
Un petit raccourci pratique: Après avoir pris connaissance d'un billet, un seul clique sur la photo de présentation, en haut de la page active (sur la phrase *Le blogue des ‘’Bleuets du Lac Saint-Jean’’*) pour revenir directement aux publications des plus récentes  aux plus anciennes.
En vous souhaitant une belle visite virtuelle au Lac Saint-Jean.

Au revoir et au plaisir de vous lire! 


                                                                                                                                                   

vendredi 8 janvier 2016

La météo et ses effets / Message de bienvenue



Crédit photo: Luc Manago



Peut-être à cause du phénomène El Niño, depuis le début de l’hiver, nous sommes témoins des températures inégales. Des épisodes de froid suivies de redoux, autrement dit notre hiver ressemble au printemps…
Nous allons laisser les prévisions aux météorologistes mais nous pouvons quand même faire quelques comparaisons avec l’an dernier.

À pareille date (8 janvier), l’an passé nous pouvions voir les nombreuses cabanes pour la pêche blanche bien installées sur les eaux figées du Lac Saint-Jean, tandis que cette année peu d’endroits sont suffisamment sécuritaires pour recevoir les cabanes de pêcheurs. L’épaisseur de la glace à respecter est primordiale pour la sécurité et il serait très sage de s’adresser aux connaisseurs pour s’adonner à la pêche d’hiver et aux spécialistes qui peuvent nous accueillir dans leurs installations en toute quiétude.


La quantité de neige dans la région est suffisante pour la motoneige mais les cours d’eau présentent un danger potentiel, alors encore une fois la prudence est indiquée et il est important de suivre les indications des clubs de motoneigistes dans les sentiers et d’être extrêmement prudents hors pistes.



Ceci dit, au moment où j’écris les centres de sports d’hiver sont en opération, autant pour le ski alpin que pour le ski de fond, les sports de glisse, patinage, les sports en vélo d’hiver et la raquette.  


Alors, souhaitons-nous un retour aux températures normales de saison pour pouvoir profiter de l’hiver 2016 au maximum.


Mise à jour – 28 février 2016
Enfin les lacs ont fini par geler, malgré que la prudence est toujours de mise sur les cours d’eau, ceux-ci sont plus invitants pour les sportifs qu’ils ne l’étaient au début de l’hiver.
La quantité de neige est nettement supérieure aussi depuis le milieu de février ce qui favorise les randonnées en motoneige et contente les adeptes des activités en plein air. 

Bienvenue chez nous!




Bienvenue à la nouvelle abonnée au BLOGUE!
Mme Candide Gagnon, vous êtes la première abonnée en cette année 2016 et  c’est avec un grand plaisir que je déroule le tapis rouge pour vous.  

Vous pouvez parcourir le contenu du blogue à votre convenance et marquer votre réaction suite à la lecture de chacun des billets publiés ainsi que laisser vos commentaires si vous le désirez.
Un petit raccourci pratique: Après avoir pris connaissance d'un billet, un seul clique sur la photo de présentation, en haut de la page active (sur la phrase *Le blogue des ‘’Bleuets du Lac Saint-Jean’’*) pour revenir directement aux publications des plus récentes  aux plus anciennes.
En vous souhaitant une belle visite virtuelle au Lac Saint-Jean.
Au revoir et au plaisir de vous lire! 







Également publié sur le BLOGUE des Bleuets:
(liens cliquables)

L'hiver 2014-2015 s'est installé

Juste pour jaser  (hiver 2015) 
                       
La glace / sports d'hiver sécuritaires

La pêche blanche se pratique aussi au Lac Saint-Jean



lundi 4 janvier 2016

CHAMBORD ou "Chambord - Boucane " ou "Chambord les sables"

 

Poursuivons notre 
Tour du Lac 
et  faisons un arrêt à Chambord.









Chambord située au carrefour des routes 155 et 169, est aussi accessible par le chemin de fer. Le village historique deVal-Jalbert est sa principale attraction touristique.   
Source  Wikipedia


Gentilé : Chambordais, aise
Population en 2014 :  1820 habitants

Site internet municipalité de Chambord :  http://www.chambord.ca/


Chambord et ses surnoms :
  • ·         Chambord la boucane
  • ·         Chambord les sables
  • ·         Le Royaume de la ouananiche

Chambord est officiellement reconnue dans la région comme le « Royaume de la ouananiche ». Et on y  retrouve à quelques endroits de petites affiches "Chambord, Royaume de la ouananiche." Elle a depuis longtemps été aussi surnommée Chambord boucane (ce qui signifie "fumée" ou "vapeur"), peut-être en raison de la forte activité ferroviaire qui y prenait lieu autrefois.
Les Chambordais reconnaissent entre eux les différentes partie de Chambord, comme le village lui-même, où se concentrent les différents points de services et d'approvisionnement, la Pointe de Chambord, une longue péninsule qui s'avance sur le Lac-Saint-Jean, les Sables (partie ouest du village nommée en référence avec le Rang des Sables), ainsi que les secteurs de la Petite Martine et de La Martine.


On a souligné en 2007, les 150 ans de la municipalité de Chambord.


Hébergement 

En plus des motels, des terrains de camping, des gîtes, des chalets locatifs, des hôtels et auberges, il y a également le Village Historique de Val Jalbert  ainsi que les Chalets Spa Lac St-Jean   qui offrent toutes les commodités pour un séjour agréable. 

 
Plage Camping Blanchet, Chambord

Attraits touristiques

 Chambord possède de nombreux paysages à couper le souffle. Des plages sablonneuses, des montagnes au champs cultivés, laissez vous guider par les rivières Ouiatchouan et Métabetchouan jusqu'au somptueux lac Saint-Jean. 
Le rocher percé de la plage de Chambord - crédit photo Lesieurphoto
Rafting, tyrolienne, sentier pédestre, Véloroutedes Bleuets, navigation, piste de vtt et de motoneige, marina, plage, club de golf des Cèdres, Village Historique Val Jalbert, Chalets & Spa Lac Saint-Jean et le Festival du Cowboy… autant d’attraits et activités sauront capter votre intérêt.
Le Festival du Cowboy est son festival d'été annuel.







Origine, signification et histoire

"Cette municipalité se situe dans une anse lac Saint-Jean, entre les rivières Métabetchouane et Ouiatchouan. 
Chambord demeure un endroit de villégiature et à vocation agricole.

Le chemin de fer a joué à l'origine un rôle capital dans l'évolution du village, jadis dénommé La Pointe-aux-Trembles, car tout le trafic ferroviaire en provenance de Québec à destination de la région passe par Chambord, depuis 1888. La gare locale constituait donc, en quelque sorte, le moteur de son développement. D'ailleurs le surnom Chambord-Boucane, qu'on lui a attribué, rappelle l'époque où les émanations de la locomotive à vapeur emboucanaient les maisons. 

On croit que l'arpenteur Pascal-Horace Dumais (1836-1906), originaire de Saint-Georges-de-Cacouna, qui possédait plusieurs terres à Saint-Louis-de-Métabetchouan, nom de la municipalité de paroisse à l'origine (1873), aurait suggéré l'appellation Chambord pour l'identification bureau de poste ouvert en 1872. Intellectuel curieux, Dumais recevait des journaux de France et il a pu se passionner pour la popularité d'Henri V de Bourbon (1820-1883), comte de Chambord et prétendant au trône de France qui, vers 1870, estimait le moment venu de rétablir la royauté. 

En 1916, la composante toponymique Chambord est intégrée au nom municipal, alors que l'on procédait à sa modification en faveur de Saint-Louis-de-Chambord 
En 1973, intervenait la fusion de la municipalité de la paroisse de Saint-Louis-de-Chambord et de celle du village de Chambord, créée en 1932. 
Surnommé Royaume de la ouananiche en raison de l'abondance de ce poisson dans les eaux qui la baignent, Chambord demeure, grâce à l'hospitalité des Chambordais, un endroit typique imprégné de la mentalité jeannoise."

Source :
 Album-souvenir des fêtes du centenaire de Chambord : 24 juin 1957, Québec, [s. n.], [1957], 
[96 p.]. 
MARCOUX, Caroline. Chambord, à la croisée des chemins, 1857-2007, Cap-Saint-Ignace, Plume d'Oie, 2007, 315 p. 
Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.







Également publié sur ce BLOGUE: