Pages vues le mois dernier

lundi 24 décembre 2012

Sur les traces du Père Noël…une escorte peu ordinaire.



Plusieurs ont du remarqué que pendant la soirée du 24 décembre, à chaque année, on entend  des avions CF-18 qui  survolent notre région.  Ces avions partent de la base militaire de Bagotville et se font un devoir d’escorter le  "traìneau du Père Noël" qui arrive pour la distribution de cadeau…… il y a une histoire qui est à l’origine de cette tradition… la voici :

La Région canadienne du NORAD nomme les pilotes chargés de suivre le père Noël
 par Jacques N. Godbout on 22 décembre 2012.
Le major Benoît Bouchard, le capitaine Vincent Landry, le lieutenant-colonel Daniel McLeod et le capitaine Shamus Allen, suivront la piste du père Noël dans sa tournée de cadeaux le 24 décembre.

Outre suivre le Père Noël sur son système radar le 24 décembre à partir de minuit pour savoir exactement à quel moment le père Noël quitte le Pôle Nord, quatre pilotes de chasseurs CF-18 viennent en effet d’être choisis pour escorter officiellement le Père Noël.
Le major Bouchard et le capitaine Landry du 425e Escadron d’appui tactique, à la 3e Escadre Bagotville, au Québec, entameront la mission d’escorte en accueillant le père Noël au Canada. Ils l’accompagneront jusqu’au centre transversal du pays, près de la frontière entre l’Ontario et le Manitoba, dans l’Ouest du Canada, où le lieutenant-colonel McLeod et le capitaine Allen du 409 Escadron d’appui tactique, à la 4e Escadre Cold Lake, en Alberta.
Des caméras spéciales du NORAD, les « SantaCams », installées partout dans le monde, dit un communiqué de la Défense canadienne, capteront des photos du père Noël, et de son traîneau, et le filmeront pendant qu’il fera le tour du monde. Ces caméras transféreront instantanément les photos et les vidéos pour permettre à tous les enfants du monde de suivre le trajet du père Noël le 24 décembre sur le site du NORAD (www.noradsanta.org). Les renseignements pertinents seront offerts en français, en anglais, en espagnol, en allemand, en italien, en japonais, en portugais et en chinois.
Comme il le fait depuis 1955, le centre des opérations du Secteur de défense aérienne du Canada à la 22e Escadre, à North Bay, en Ontario, ajoute le communiqué, informera le NORAD lorsque ses radars détecteront le père Noël à l’approche de l’espace aérien nord-américain.
Deux chasseurs CF-18 Hornet décolleront de la 3e Escadre pour accueillir le père Noël au moment où il entrera dans l’espace aérien canadien au-dessus de la côte de Terre-Neuve-et-Labrador.
Lorsqu’il s’approchera de l’Ouest, en traversant le Canada d’Est en Ouest, deux chasseurs CF-18 Hornet de la 4e Escadre iront à sa rencontre et l’escorteront pour le reste de son trajet dans l’espace aérien canadien, afin de s’assurer que le voyage se déroulera en toute sécurité.
Le NORAD est cet organisme binational du Canada et des États-Unis, chargé de mener des missions d’avertissement et de contrôle de l’espace aérien nord-américain, mais, la veille de Noël, il exécute une mission toute spéciale : suivre les déplacements du père Noël.
À compter de minuit, le 24 décembre, vous pourrez donc, gracieuseté de NORAD, savoir exactement où est le père Noël en suivant son périple sur 45enord.ca.
Donc, n’oubliez pas de revenir sur 45enord.ca  à compter de minuit le 24 décembre pour suivre, en direct,  "petit papa Noël et vous assurer que lorsqu’il descendra du ciel, avec des jouets par millier, il n’oublie pas…votre petit soulier! »


Pour suivre le voyage du Père Noël
Le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) vient de relancer son site web NORAD tracks Santa afin de suivre le voyage du père Noël!
Sur le site www.noradsanta.org, on peut trouver un compte à rebours de son départ du Pôle Nord, des jeux et des activités quotidiennes et des messages-vidéos d’étudiants du monde entier et le site est offert en huit langues: anglais, français, espagnol, allemand, italien, japonais, portugais et chinois.
Le 24 décembre à partir de minuit, le NORAD surveillera son système radar en continu pour savoir exactement à quel moment le Père Noël quitte le pôle Nord. Dès ce moment, il sera donc possible de regarder le père Noël se préparer pour son voyage.
À partir de 6h (heure de l’Est), ceux qui suivent son trajet dans le monde entier pourront même demander à un téléphoniste où se trouve le père Noël, en composant le numéro sans frais : 1-877-Hi-NORAD (1-877-446-6723) ou en envoyant un courriel à: noradtrackssanta@outlook.com.
Les parents et leurs enfants peuvent compter les jours à l’aide de leurs téléphones intelligents et de leurs tablettes, grâce aux applications officielles Santa Tracker pouvant être téléchargées à partir du Windows Store, de l’App Store d’Apple et de Google Play. Il est également possible de suivre les déplacements du père Noël par l’entremise de Facebook, Twitter, YouTube et Google+


NORAD sur les traces du Père Noël, toute une organisation
Sur les traces du Père Noël peut compter sur de multiples partenaires et collaborateurs.Parmi ceux qui viennent se joindre au programme cette année, notons Bing, HP, iLink-Systems, Kids.gov, Windows Azure de Microsoft, BeMerry! Santa et SiriusXM.
Parmi les anciens collaborateurs qui ont renouvelé leur engagement mentionnons le 21st Space Wing, Air Canada, American Forces Network, le conseil des affaires militaires de la chambre de commerce de Colorado Springs, le réseau de distribution de videos et d’images numériques du département de la Défense (DVIDS), la Federal Aviation Administration, le Pentagon Channel, la Space Foundation, TurboSquid, TW Telecom, UGroup Media, Verizon et VisionBox.
La musique du compte à rebours et des vidéos du NORAD sera jouée par les musiques militaires, y compris la Musique Naden des Forces maritimes du Pacifique, l’Air Force Academy Band, l’Air Force Band of Liberty, l’Air Force Band of the Golden West, l’Air Force Band of the West, l’Air Force Band, l’Air Force Heartland of America Band, l’U.S. Army Ground Forces Band, l’U.S. Merchant Marine Academy Band, l’Air Force Band of Mid-America et la West Point Band.




L’histoire de NORAD sur les traces du Père Noël

« Tout a commencé en 1955 quand un journal local qui disait aux enfants d’appeler le père Noël directement s’est trompé de numéro. Au lieu d’appeler le Père Noël, les enfants arrivaient directement sur la ligne du chef de l’équipe de service au Centre des opérations du Commandement de la défense aérienne continentale. C’est ainsi que la tradition est née et que le NORAD la perpétue depuis 1958. »




Petite Histoire des Rennes du Père Noël…   
Les huit rennes ont vu le jour en 1822 dans l’imagination du pasteur américain Clement Clarke Moore, celui qui a publié le poème « A Visit from St Nicholas ». Ce joyeux lutin à pipe se déplaçait alors sur un traîneau tiré par ces bêtes qui sont capables de voler en raison du pouvoir des champignons rouges et blancs hallucinogènes qu’ils ont avalés. Pour la petite histoire, n’ayant rien trouvé à manger à cause de la neige abondante en Scandinavie, les rennes se sont rabattus sur cette végétation magique.

Chaque renne a sa spécificité. Tornade, littéralement « Dasher » en anglais, s’avère le plus rapide ; Danseur ou « Dancer » se distingue par son allure attirante ; Furie ou « Prancer » par sa puissance ; Fringant ou Vixen, lui, rassemble en lui seul la beauté et la puissance ; Comète ou « Comet » se plaît à rendre les enfants heureux ; Cupidon ou « Cupid » est le transmetteur d’amour ; Eclair ou « Blitzen » illumine par sa lumière et Tonnerre ou « Donner » gronde. Le poème de C.C. Moore intitulé « La nuit avant Noël » met si bien en évidence chaque renne ainsi que son rôle.
Plus tard, en 1939, Saint Nicolas fut remplacé par le Père Noël dans la pensée de Robert L. May, celui qui a inventé le conte populaire « Rudolphe, le renne au nez rouge ». Dans cette histoire, le Père Noël fut obligé de recruter Rudolphe pour pouvoir braver les obstacles dressés par le mauvais temps et pour arriver à temps auprès des enfants.


                                                                                 


Autre publication du BLOGUE des Bleuets sur le même sujet: 





http://www.facebook.com/LaPageDesBleuetsDuLacSaintJean 

vendredi 21 décembre 2012

Un joyeux Noël et une bonne et heureuse année 2013 !




Vous pouvez également suivre « les Bleuets du Lac Saint-Jean » sur la page Facebook :
Merci de visiter le blogue des Bleuets!
Merci à ceux et celles qui m’encouragent en marquant leur réaction suite à la lecture d’un billet ainsi qu’à ceux qui laissent des commentaires.
À la prochaine,
                                       Reina
 
                                                                   

 

jeudi 20 décembre 2012

Sapin du bon sens…la solution écolo

Une tradition verte à perpétuer
  
Le Réveil
Par Elizabeth Dupont
Vendredi 14 décembre 2012

Depuis 21 ans, les Saguenéens et les Jeannois ont adopté une belle tradition, alors qu’ils sont des milliers à participer à l’opération Sapin du bon sens. Dans l’objectif de poursuivre cette bonne habitude, permettant de donner une deuxième vie à votre sapin de Noël naturel, l’association forestière du Saguenay-Lac-Saint-Jean envie la population à participer encore une fois, le 12 janvier prochain.

La formule et les points de collecte un peu partout au Saguenay et au Lac-Saint-Jean, demeureront les mêmes, afin de toujours travailler à ancrer cette tradition dans les mœurs de la population.

«C’est une façon de faire qui fonctionne très bien, c’est pourquoi on désire la garder», estime Diane Gagnon, directrice de l’association forestière régionale.

Jusqu’à présent, se sont 156317 sapins qui ont été transformés en paillis ou en composte, pour l’ensemble de la région.

«Notre façon de faire est unique. Habituellement, dans les autres régions, ce sont des initiatives locales. Nous sommes les seuls à avoir un seul et même programme étendu à l’ensemble des municipalités de la région» ajoute Mme Gagnon.

Une solution verte

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le sapin naturel est beaucoup plus écologique que le sapin artificiel.

«Il faut du plastique et du pétrole pour fabriquer les faux arbres en Chine. Cela est sans compter le transport jusqu’au Canada. Pour obtenir un effet zéro pour l’environnement, il faudrait conserver votre sapin artificiel 20 ans, alors qu’en moyenne, on ne les conserve que six ans», explique Mme Gagnon.

Elle mentionne qu’un sapin naturel encourage des producteurs du Québec, en plus d’avoir un meilleur impact sur l’environnement.

Pour connaître les points de collecte et les heures d’opération, visitez le site internet de votre municipalité ou le www.afsaglac.com .

Source  http://www.hebdosregionaux.ca/saguenay-lac-st-jean/2012/12/14/une-tradition-verte-a-perpetuer                                                     
Également sur le blogue des Bleuets :
 




 

 

 

lundi 17 décembre 2012

Capsule sur la colonisation du Saguenay Lac St-Jean

Première capsule historique sur l'agroalimentaire produite dans le cadre d'une série tournée jusqu'à l'été 2013. « Emparons-nous du sol » raconte l'histoire des trois vagues de colonisation au Saguenay--Lac-Saint-Jean, tel qu'elles ont pu aussi être vécues dans les différentes régions du Québec.


Voici la capsule vidéo publiée le 2012-12-13 par Table agroalimentaire du Saguenay - Lac-Saint-Jean Avec la participation spéciale de l'historien des Fêtes du 175e M. Éric Tremblay:


Vidéo
 
 
 
http://www.facebook.com/LaPageDesBleuetsDuLacSaintJean
 
 
 

 

samedi 15 décembre 2012

1500 cyclistes attendus au Grand Tour Desjardins


La Véloroute des Bleuets accueillera les 1500 cyclistes du Grand Tour Desjardins
Publié le 10 Décembre 2012


Du 3 au 10 août 2013

« Il y a quelques semaines, Vélo Québec nous informait de leur intention de réaliser Le Grand Tour Desjardins dans notre région pour y célébrer leur 20e anniversaire et le 175e de la région. Nous avons agréé à cette idée et nous sommes heureux et fiers que notre région accueille ces 1 500 cyclistes » - — Jean-Claude Lindsay, président de la Véloroute des Bleuets




C’est officiel, La Corporation de la Véloroute des Bleuets accueillera l’activité Le Grand Tour Desjardins sur son circuit cyclable au début du mois d’août prochain. Ce sont quelque 1500 cyclistes qui séjourneront ainsi penant quelque trois jours sur notre territoire.

« C’est une excellente nouvelle, car cela contribuera à faire connaitre la Véloroute des Bleuets et par la même occasion l’ensemble de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean », souligne Jean-Claude Lindsay, président de la Véloroute des Bleuets.

La Corporation avait souhaité que Le Grand Tour Desjardins ait lieu en 2010 dans le cadre du 10e anniversaire de la Véloroute des Bleuets. Puisqu’il était venu en 2007, la demande n’avait pas été agréée. Cependant, la corporation avait reporté cette requête pour le 15e anniversaire.

« Or, il y a quelques semaines, Vélo Québec nous informait de leur intention de réaliser Le Grand Tour Desjardins dans notre région pour y célébrer leur 20e anniversaire et le 175e de la région. Nous avons agréé à cette idée et nous sommes heureux et fiers que notre région accueille ces 1 500 cyclistes », d’ajouter le président Lindsay.

Cette décision de Vélo Québec représente une précieuse aide pour encore mieux faire connaître le circuit cyclable de la Véloroute des Bleuets.

Déjà, sur le site Internet de Vélo Québec, on présente la publicité du Grand Tour Desjardins alors que les cyclistes pourront s’y inscrire à compter du 8 janvier 2013.

On y présente d’une façon très élogieuse le périple de l’été 2013 qui s’étalera sur quelque 6 jours.

« Le Lac, le Fjord, le Fleuve… une 20e édition tout de bleu!

Vous avez rendez-vous avec l’histoire. Le Grand Tour Desjardins — véritable locomotive dans l’essor du cyclotourisme au Québec — fête ses 20 ans. Pour l’occasion, son itinéraire 2013 longe les plus majestueux plans d’eau du Québec. Au programme, rien de moins que le tour complet du lac Saint-Jean via la Véloroute des Bleuets, suivi des murailles de roc et caps vertigineux de la Route du Fjord, où coule la rivière Saguenay. Voilà pour la première vague de bonheur. Quant à la seconde, elle emprunte la Route des Baleines et ses observatoires aménagés pour admirer les cétacés puis — question d’ajouter une dernière touche de beauté à cette page d’histoire — la Route du Fleuve dans Charlevoix, région prisée des peintres, déclarée réserve mondiale de la biosphère par l'Unesco. Ainsi, chaque kilomètre sera de bleu et le tour passera de grand à grandiose ! »

Après la lecture de cette présentation, les internautes sont invités à visionner une capsule vidéo de quelque deux minutes qui donne une idée des paysages qu’ils pourront découvrir lors de cette randonnée autour du lac Saint-Jean.
L’itinéraire, sujet à changement, prévoit le déroulement suivant :

Jour 1 - Alma — Dolbeau-Mistassini;

Jour 2 - Dolbeau-Mistassini – Roberval;

Jour 3 - Roberval – Saguenay (Jonquière);

Jour 4 - Boucle autour de Saguenay (Jonquière);

Jour 5 - Saguenay (Jonquière) – Sacré-Cœur;

Jour 6 - Boucle autour de Sacré-Cœur;

Jour 7 - Sacré-Cœur – La Malbaie.

L’itinéraire court prévoit une distance de 604 kilomètres alors que l’itinéraire long sera de 860 kilomètres.

Le Grand Tour Desjardins – véritable institution du cyclotourisme au Québec –, regroupe un impressionnant peloton de 2000 cyclistes parcourant à leur rythme quelque 600 km en 7 jours.

Pour tous les détails de ces événements et pour d'autres nouvelles, visitez régulièrement le
www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien
Source :  http://www.lelacstjean.com/Actualites/2012-12-10/article-3137251/La-Veloroute-des-Bleuets-accueillera-les-1500-cyclistes-du-Grand-Tour-Desjardins/1  


        
 Véloroute des Bleuets ; autres billets publiés sur ce Blogue :


mardi 11 décembre 2012

Plusieurs opposants au projet de la mini-centrale à Val Jalbert


Publié le 11 décembre 2012 à 8 h 58
[ Développement durable ]
Communiqué de presse

Les opposants au projet de Val-Jalbert reçoivent des appuis majeurs

« Le Québec est derrière nous : le gouvernement doit reculer, pour les bonnes raisons »
LBR.ca - Roberval - 11 décembre 2012. La récente décision du gouvernement Marois de donner le feu vert à la réalisation du projet de petite centrale sur le site de Val-Jalbert, n’a pas réussi à ébranler les convictions de ses opposants, qui viennent de recevoir des appuis de taille provenant de groupes environnementalistes à l’échelle du Québec : le projet ne passe tout simplement pas le test de l’acceptabilité sociale, tant dans la région qu’à l’échelle nationale.

Les opposants donnent pour preuves la réception d’une lettre d’appui de ces groupes, l’opposition croissante des Ilnus de la communauté de Masteuiash et un récent sondage régional du journal Le Quotidien, montrant une majorité de citoyens en défaveur de la décision du gouvernement Marois

Les membres de la Coalition pour la sauvegarde de la Ouiatchouan à Val-Jalbert (CSOV) ont fait parvenir à la Première ministre du Québec, Pauline Marois, et au ministre du Développement Durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, une lettre d’appui co-signée par une vingtaine de regroupements nationaux les enjoignant de revoir leur position dans le dossier Val-Jalbert.

Parmi les signataires de cette lettre, on retrouve des personnalités connues, comme l’auteur et metteur en scène Dominic Champagne, le comédien Roy Dupuis, de la Fondation Rivières, et des organisations environnementalistes regroupant des milliers de membres, dont la Fondation David Suzuki, Greenpeace-Québec, Québec Meilleure mine !, les Amis de la Terre de Québec, Eau Secours, le Réseau Québécois des Groupes Écologistes du Québec ou encore la Société pour la protection de la nature et des parcs du Canada.

« Nous savions que notre cause était et est encore juste. Mais maintenant, il n’y plus de doute qu’à travers l’appui de ces organismes, ce sont des milliers de Québécois et de Québécoises qui disent, comme nous, que ce projet ne doit pas aller de l’avant. Le Québec est derrière nous, et ce gouvernement doit reculer, pour les bonnes raisons », a déclaré Marie-Claude Paris-Tanguay, co-porte parole régionale pour la Coalition.

La bataille de l’opinion publique

Elle souligne aussi que ce rejet du projet s’exprime clairement au sein la population régionale depuis longtemps, encore plus depuis quelques jours.

La manifestation publique de membres de la communauté Ilnue de Mashteuiatsh, tenue devant le site de Val-Jalbert vendredi dernier, a démontré comment les Autochtones ne sont pas dupes face aux intentions du gouvernement Marois de se servir d’eux pour faire passer le projet. Ce mécontentement ira croissant, prévient-elle.

Deux sondages récents et crédibles présentés sur Cyberpresse.ca (Le Quotidien) révèlent aussi que sur 2147 répondants, une majorité d’entre eux s’oppose actuellement au projet de barrage sur le site historique et patrimonial de Val-Jalbert. Le projet n’est donc pas appuyé par le milieu, comme cela est requis par le Ministère des Ressources Naturelles du Québec en regard du programme des petites centrales.

En effet, tel que mentionné dans le document « Octroi des forces hydrauliques du domaine de l’État pour les centrales de 50 MW et moins » du Ministère des Ressources Naturelles du Québec, ces projets peuvent être réalisés dans la mesure où ils sont appuyés par le milieu, et qu’ils soient basés sur une collaboration solide avec les nations autochtones. Ce qui n’est pas du tout le cas, suite à la décision du gouvernement de Pauline Marois.

Au cours des prochaines semaines, les membres de la Coalition entendent poursuivre leurs activités de sensibilisation auprès de la population et d’opposition, notamment avec la pétition en ligne sur le site de l’Assemblée nationale, demandant la préservation de la chute Ouiatchouan sur le site.Source   http://www.lbr.ca/index.php?pageID=5&idA=19805


Personnellement je suis contre cette mini-centrale sur la Ouiatchouan pour des raisons évidentes de conserver un de nos principaux sites touristiques historiques.






Suite du billet déjà publié sur le blogue :
Le projet d’une centrale hydroélectrique au pied de la Chute Ouiatchouan de Val-Jalbert 
http://lesbleuetsdulacst-jeanqc.blogspot.ca/2012/03/le-projet-dune-centrale-hydroelectrique.html 



                                                                                                                


 





lundi 10 décembre 2012

Ça y est.....l'hiver est arrivé!


Météo: Neige et poudrerie compliquent les déplacements au Saguenay-Lac-Saint-Jean

2012-12-10 09:59:14

(Source: Radio-Canada) La circulation est difficile sur plusieurs routes du Saguenay-Lac-Saint-Jean en raison de la neige et de la poudrerie. Des accumulations de près de 20 centimètres sont prévues par Environnement Canada.

Des rafales de 60 kilomètres à l'heure risquent de réduire la visibilité sur les routes.

              

La chaussée est enneigée à partiellement couverte sur le réseau routier régional. La côte du Cran, près de Saint-Prime, et la route 155 sont non recommandables, selon la Sûreté du Québec. La visibilité est également réduite sur la route 175, dans la réserve faunique des Laurentides.

Les policiers de Saguenay et de la Sûreté du Québec ont été appelés à plusieurs endroits pour des accrochages.

Les cours dans les quatre commissions scolaires de la région, les cégeps et l'Université du Québec à Chicoutimi se donnent normalement. Le transport scolaire peut être retardé à certains endroits.

 

photo du Lac St-Jean publiée par Communauté Ilnu de Mashteuiatsh
(Le lac se prépare à "figer"....comme le font les lutins de Noël...lol)
 
                                                                          Vidéo ♫♫♫: Annie Villeneuve, une fille du Saguenay