mercredi 26 septembre 2012

Le pont couvert de Ste-Jeanne-d'Arc devra subir une 'cure de jeunesse'



Sur un site champêtre, le pont couvert de 82 pieds de long et datant de 1936  qui est situé à moins de 2 km du centre du village, devra être restauré. Le ministère du Transport a été saisi du dossier.  Le pont Rouge de Saint-Jeanne-d'Arc a été érigé au dessus de la rivière Noire.

Voici le pont Rouge de Sainte-Jeanne-d'Arc:





Réfection du pont couvert en bois de Sainte-Jeanne-d'Arc


Le 26 septembre 2012 - 08:17 | ldarackian@rncmedia.ca



Ce n'est pas avant l'an prochain, au plus tôt, que le ministère des Transports procédera la réfection du pont couvert en bois de Sainte-Jeanne-d'Arc.

Le maire de la municipalité, Yvan Pilote, attend ces travaux avec impatience. D'ailleurs, au début juillet, il avait convoqué la presse régionale pour mettre de la pression afin que ces travaux s'amorcent cet automne.

Le pont couvert en bois, qui date de 1935, est classé comme bâtiment patrimonial par le ministère de la Culture et des Communications. Mais, depuis l'an dernier, du vandalisme est commis sur le pont, abimant sa structure et altérant son aspect visuel.

Le montant des rénovations demeure inconnu pour le moment.



Également publié sur le Blogue des Bleuets:


                                (cliquable)

http://www.facebook.com/LaPageDesBleuetsDuLacSaintJean

samedi 22 septembre 2012

Saint-Prime... entre Roberval et Saint-Félicien





Un arrêt à Saint-Prime






Saint-Prime, la municipalité située entre Roberval et Saint-Félicien... là où on est à 2 minutes de tout. 


Voici un aperçu:

 
Vidéo


 

La municipalité de Saint-Prime est située entre Roberval et Saint-Félicien dans la municipalité régionale de comté du Domaine-du-Roy. Avec  ses 2,758 habitants (en 2011), elle renferme quelques petits trésors incontournables : sa fromagerie Perron célèbre de par le monde avec son fromage cheddar fort, qui fut servi à la noblesse britannique, son miel de fleur de bleuet sauvage  de l'entreprise Apilac et aussi pour sa plage municipale gratuite renommée pour son eau fraîche et propre, une marina et une rampe de mise à l'eau.  Un parcours de golf de 18 trous,( Saint-Prime-sur-le-lac-St-Jean), dont le terrain borde le lac Saint-Jean, y est aussi offert. 

Les habitants de St-Prime sont les Primoises et les Primois. 




Site internet:  municipalité de St-Prime  
                            cliquable








Musée de la Vieille fromagerie Perron
Le   Musée est ouvert à l’année pour les groupes de 20 personnes et plus, sur réservation. La visite guidée a lieu toutes les 60 minutes, à compter de 9 h 00 ou de 10 h 00 selon l’horaire en vigueur. Chaque visite dure environ 1 heure. La dernière visite a lieu à 16 h 00 ou 17 h 00 selon l’horaire en vigueur.


La Fromagerie Perron depuis 1890.
Les produits de la fromagerie Perron se retrouvent dans toutes les épiceries, les chaînes d’alimentation  et les boutiques spécialisées du Québec.  Ils sont aussi disponibles dans certains établissements en Ontario, dans l’Ouest canadien et dans les Maritimes.
La fromagerie Perron continue également à exporter son cheddar en Angleterre.
On retrouve également une gamme de produits exportés vers l’Amérique du Sud.

Pour connaître la variété de leurs produits, cliquez  ICI




Le Vieux Couvent de Saint-Prime
Le Vieux Couvent de St-Prime est devenu depuis 2001, un lieu de diffusion de spectacles des plus courus à travers le Saguenay-Lac St-Jean. Le Vieux Couvent est maintenant reconnu comme la salle de spectacles de la relève musicale. Les grands noms de la chanson ont fait vibrer ses murs (Fred Fortin, Mara Tremblay, Steve Faulkener, Galaxie 500, Stéphan Barry Band, Karkwa).
L'esprit du Vieux Couvent, se distingue, par la qualité de gestion de son équipe dynamique, de l'équipement technique, par l'intimé de sa salle de spectacle des plus sympathique.






Apilac  (miel artisanal)
Liste des produits :

Miel de fleur de bleuet sauvage, miel du Lac St-Jean, miel d'Antan, moutarde au miel à l'ancienne
Point de vente : dans la région  
Apilac :
Peter John Keating et Louise Boisclair
426, rang 3
St-Prime
G8J 1W8
418.251.6435

 



Yougourt Authentic
Lait biologique transformé
Quatre producteurs s'unissent sous la bannière Naturalait afin de créer pour vous la gamme de yogourts Authentik!
Le lait qui entre dans la fabrication du yogourt Authentik de Naturalait est issu d’une agriculture dite biologique. Concrètement, Naturalait utilise le lait provenant de fermes biologiques qui respectent l’équilibre de la nature. Nos animaux sont élevés avec un maximum de confort et de liberté. Leur alimentation est naturelle et variée. Aucun engrais chimique et aucun herbicide ne sont utilisés dans les champs en culture. De plus, aucune hormone n'est utilisée pour le bétail. Notre lait et le yogourt Authentik de Naturalait sont garantis bio par un organisme de certification accrédité et nos fermes font l’objet d’un contrôle rigoureux toutes les années.
Extrait de   http://www.naturalait.com/Pour plus d’informations sur ces yogourts biologiques :    http://www.naturalait.com/  































           Aussi à lire sur le blogue des Bleuets:

               La route des fromages
                                                 cliquable







vendredi 21 septembre 2012

Un camp forestier a effectué un virage vert par l’énergie solaire (2012)


Publié le 19 septembre 2012 à 08h25  

Virage vert par l'énergie solaire

Richard Carbonneau, président de RCTF / Photo Marc St-Hilaire
Marc St-Hilaire
Le Quotidien
(ALMA) Qui aurait imaginé, il y a à peine quelques années, un camp forestier presque exclusivement alimenté à l'énergie solaire? C'est pourtant ce qu'a réalisé l'entreprise RCTF dans le secteur du lac Huard.
Le camp de RCTF est situé à la frontière de la Réserve faunique des Laurentides, à environ 90 kilomètres des limites d'Alma. Celui-ci peut accueillir jusqu'à 38 travailleurs, lesquels y sont hébergés et nourris.
Jusqu'ici, les génératrices de l'établissement nécessitaient l'équivalent de 65 000 à 70 000 dollars de carburant sur une base annuelle. En tenant compte de l'entretien de ces imposants équipements, ce sont près de 100 000 dollars qui étaient alloués à l'approvisionnement énergétique du camp.
Il y a deux ans, le président de RCTF, Richard Carbonneau, a songé à remplacer le pétrole par le solaire, une démarche qui cadrait parfaitement avec la certification ISO 14 001. Entre autres cibles, celle-ci recommande de minimiser les émissions de CO2.
Après de longues recherches, il a enfin déniché le système idéal auprès de l'entreprise Volts Énergies de Laval.
Il y a près de deux mois, les panneaux solaires ont ainsi été installés, se dressant telle une gigantesque muraille à l'entrée du campement. Selon les perspectives, ces derniers seront en mesure de desservir l'équivalent de 60 à 80 % des besoins.
En tout, RCTF a déboursé 180 000 dollars pour compléter cette conversion. Un investissement assumé en totalité par l'entreprise qui devrait être absorbé à l'intérieur des quatre prochaines années, estime Richard Carbonneau. Rien que ce mois-ci, la consommation de diesel au campement est passée de 4000 litres à 1700 litres, une réduction de 67 %.
L'installation photovoltaïque peut déployer une puissance maximale de 24 kilowattheures avant de recourir aux génératrices. Aussi a-t-on dû modifier le système de chauffage électrique, lequel est aujourd'hui alimenté au propane.
«Nous utilisons les génératrices de 16 h à 19 h, lorsqu'il y a davantage de besoins énergétiques. Autrement, c'est presque uniquement le solaire qui fonctionne. Nous sommes très satisfaits. Plus le prix de l'essence grimpe et plus notre investissement prend de la valeur», exprime Richard Carbonneau.
Influence sur les travailleurs
Grâce à ces changements, RCTF améliore considérablement son empreinte environnementale. Auparavant, les génératrices fonctionnaient 24 heures sur 24, sept jours par semaine. Depuis la mise en place du système photovoltaïque, on a réduit les émissions de CO2 de 15 tonnes. En hiver, cette même diminution sera de plus ou moins 30 tonnes par mois, comparativement aux années antérieures.
Inspirés par cette volonté d'implanter de nouvelles normes écologiques, les employés ont eux aussi modifié leur approche.
Chaque contenant d'huile, chaque tuyau usé, chaque guenille souillée sont entreposés dans des bacs distincts, installés dans un abri destiné à cette fin. Dans la cuisine, où s'affairent les cuisinières Sylvie Pelletier et Lynda Waltzing, on ne retrouve aucune assiette ou aucun verre non recyclable.
Les anciens globes de 60 watts ont été remplacés par des ampoules écoénergétiques.
«Gaspiller le courant, ça n'existe plus au campement, indique Richard Carbonneau. Il y a eu un changement de culture lorsque nous avons obtenu la certification ISO 14 001. En matière de recyclage, nous avons complètement renversé la situation. Avant, on vidait un bac de poubelles par semaine. Maintenant, nous avons du mal à remplir un bac de déchets par période de deux semaines. Nous recyclons tout ce que nous pouvons recycler», confie Richard Carbonneau.
Source : http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/201209/19/01-4575416-virage-vert-par-lenergie-solaire.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_en-manchette_322_section_POS4





lundi 17 septembre 2012

Deux projets miniers à surveiller….


Le projet du Lac à Paul sur la bonne voie
Apatite - projet Lac Paul

Le 12 septembre 2012 - 07:46 | ldarackian@rncmedia

L'autre projet, celui de phosphore de Ressources d'Arianne, a été présenté par le chef de la direction de l'entreprise, Bernard Lapointe.

Le minerai extrait du projet du Lac-à-Paul dans le secteur Chute-des-Passes sert à 85 % pour le marché des fertilisants.

Il s'ait d'une mine à ciel ouvert d'une durée de vie minimum de 25 ans qui va extraire 3 millions de tonnes de minerai par année. Le projet commande des investissements de 813 M $ et créera au moins 200 emplois directs.

Le sujet vital pour la compagnie est le transport du minerai. Le point d'arrivée est le port de Grande-Anse pour l'exportation par la voie maritime. Dépendamment du type de transport choisi, trois endroits de sorties sont envisagés pour rallier le port de Grande-Anse : Alma, Dolbeau-Mistassini ou L'Ascension..

La mise en opération de la mine est prévue pour 2015.
Source:
http://www.dolbeau-mistassini.planeteradio.ca/articles/20120912074604/projet_lac_paul_sur_bonne_voie.html 
Pour plus d’informations sur le Projet du Lac Paul, cliquez  ICI .   






Projet Crevier au nord de Girardville

 
minerai de tantale  
Le 12 septembre 2012 - 07:47 | ldarackian@rncmedia.ca
Une salle à pleine capacité de 84 personnes a assisté hier soir aux exposés sur les deux projets de mine dans le secteur dans le cadre d'un souper-conférence de la Chambre de commerce et d'industrie de Dolbeau-Mistassini.

D'abord, le président et chef de la direction de la société minière MDN, Serge Bureau, a dressé le portrait du projet Crevier situé à 50 kilomètres au nord de Girardville. Le but est d'exploiter une mine de niobium et de tantale à compter de 2016.

400 emplois seront créés au moment de la construction de l'usine de flottation et de l'usine de raffinage. 150 employés permanents verront à l'opération de la mine qui a une durée de vie prévue d'une vingtaine d'années.

Des investissements de 330 M $ seront nécessaires pour extraire les 25 millions de tonnes de minerai, à raison de 4 000 tonnes par jour. Les retombées économiques pour le Saguenay–Lac-Saint-Jean sont évaluées 800 M $.
Source:  http://www.dolbeaumistassini.planeteradio.ca/articles/20120912074734/projet_crevier_nord_girardville.html 
Pour plus d’informations,
Sommaire du projet Crevier :      http://www.mdn-mines.com/fr/activites/quebec/crevier/      
                      Publication en lien avec :

 





vendredi 14 septembre 2012

Saison de chasse au Saguenay/Lac Saint-Jean - 2012


Saison de chasse 2012: 
Chasse à l'orignal légèrement écourtée

(Source: Radio-Canada) Le ministère de la Faune annonce un changement majeur dans la saison de la chasse à l'original avec arme à feu cette année. 

Pour la première fois, le dernier week-end sera amputé pour laisser plus de place en forêt aux chasseurs de petits gibiers.

La saison de la chasse à l'original débute dans un peu plus d'une semaine, soit le 22 septembre et s'étend jusqu'au vendredi 12 octobre. L'agent de protection de la faune, Régis Girard, ne croit pas que cette mesure nuise aux chasseurs de gros gibiers.

Cette année, seuls les mâles et les veaux peuvent être abattus. Les amateurs de chasse à l'arc et à l'arbalète peuvent déjà s'adonner à la chasse en forêt.


Voir l'article au
Le début de saison est une période importante pour rappeler les règles de sécurité. Régis Girard répète qu'il est interdit d'avoir une arme à feu chargée à bord d'un véhicule. Chaque année, une quarantaine d'infractions sont données aux contrevenants.









Préc.


Su

mardi 11 septembre 2012

SAFARI PHOTO AUTOMNAL 2012 / Au Zoo sauvage de Saint-Félicien


Zoo sauvage de Saint-Félicien



  
                                                        
 
SAFARI PHOTO AUTOMNAL
du 23 août au 22 septembre 2012

Imaginez-vous dans le Parc des sentiers de la nature au lever du soleil avec une brume matinale qui entoure les orignaux. Quelle belle photo! Et bien, le Zoo sauvage vous offre de mettre vos talents de photographe à l’oeuvre.

Le conducteur de train fera des arrêts permettant de prendre des photos exceptionnelles des espèces animales qui peuplent les sentiers. Et pourquoi ne pas en profiter pour observer les comportements des cervidés, en période de reproduction, qui arborent leurs somptueux panaches.

Une balade inoubliable où le silence des visiteurs permettra d’entendre parler la forêt.

HORAIRE :

Le samedi 22 septembre 2012 (remis au lendemain en cas de mauvaise température.) de 7 h à 9 h.

Arrivée des participants à 6 h 30 à la billetterie du Zoo.

COÛT :

Coût incluant petit déjeuner et accès au Zoo :

  • Adulte (15 ans et plus) : 60 $
  • Enfant (3 à 14 ans) : 30 $
  • Enfant (moins de 3 ans) : gratuit

Coût incluant un rabais aux détenteurs du Passeport Zoo :

  • Adulte (15 ans et plus) : 30 $
  • Enfant (3 à 14 ans) : 15$
  • Enfant (moins de 3 ans) : gratuit

Les taxes sont inclusent.

Activité sur inscription : 418-679-0543 poste 5241 ou par courriel


Développement durable / Des urinoirs plus écolos à la polyvalente de Normandin (2012)

Publié le 5 septembre 2012


Des urinoirs qui font jaser!   

Le projet de conversion des urinoirs...




LBR.ca - Normandin, 31 août 2012 


Le projet de conversion des urinoirs mis de l’avant à la Polyvalente de Normandin par Alan Asselin, Jean-François Fortin, Samuel Fortin et Jean-Christophe Bouchard-Frigon s’est concrétisé. Grâce à l’installation d’un système d’urinoirs avec turbines et oeil magique, une économie de plus d’un million de litres d’eau potable par année sera réalisée.
C’est réunis dans l’unité sanitaire réservée aux garçons de l’école secondaire, que l’on a procédé à l’inauguration des nouveaux urinoirs. Partenaires, initiateurs et représentants du monde scolaire étaient réunis pour l’occasion. Les mots de félicitations sont venus de toute part.
Rappelons que l’an dernier, quatre élèves de cinquième secondaire de la Polyvalente de Normandin, Alan Asselin, Jean-François Fortin, Samuel Fortin et Jean-Christophe Bouchard-Frigon s’étaient lancé un défi de taille : celui de convertir écologiquement les urinoirs de leur école. Une transformation permettant l’économie de plus d’un million de litres d’eau par année. Constatant que les urinoirs de l’école semblaient fonctionner à toute heure du jour et de la nuit, Jean-Christophe Bouchard-Frigon, Samuel Fortin, Jean-François Fortin et Alan Asselin ont analysé la quantité d’eau utilisée pour le fonctionnement de ces urinoirs.
« En mesurant le niveau des réservoirs et en évaluant le mode de fonctionnement des urinoirs et la fréquence des lavages, nous avons constaté que plus de 1 314 000 litres d’eau étaient gaspillés chaque année pour le seul fonctionnement des douze urinoirs. Les urinoirs coulent de façon régulière gaspillant 150 litres d’eau à l’heure. Ça a été tout un choc de réaliser ça! », de raconter Alan Asselin. Les jeunes hommes ont donc voulu trouver une solution pour cesser le gaspillage d’eau de ces urinoirs qui ne servent que le matin, aux récréations et sur l’heure du midi, alors que le système, quant à lui, fonctionne 24 heures sur 24, hiver comme été.
Après quelques recherches, les élèves ont découvert l’existence d’un système d’urinoirs avec turbines et oeil magique, dont les lavages s’effectuent après chaque utilisation plutôt qu’en continu. L’installation d’un tel système résulterait en une économie de près de 85 %, soit plus d’un million de litres d’eau par année. Le projet était donc lancé. Pour réaliser leur projet, une somme de 15 000 $ devait être amassée.
Désirant d’abord poser un geste concret pour l’environnement, ces quatre jeunes ont sensibilisé toute une communauté sur l’importance d’économiser l’eau potable. Ainsi, l’entreprise EMCO, le Marché Métro Plus Dany Boutin via le fonds Métro Éco École, député sortant Denis Trottier et la Ville de Normandin sont du nombre des partenaires. Des bourses de la CSST ainsi que du Concours québécois en entrepreneuriat, dont les jeunes ont été nommés lauréats au plan local ainsi que des subventions ministérielles ont complété le montage financier.
Le projet réalisé dans la cadre du cours Projet personnel et leadership ne s’est pas arrêté qu’au remplacement des urinoirs. C’est toute la salle de toilettes qui a été revampée et on analyse la possibilité d’annexer un volet II au projet. Les finalistes hebdomadaires de Forces AVENIR et lauréats AVENIR de l’année dans la catégorie AVENIR Projet engagé étaient loin de se douter que leur projet de transformation des urinoirs de leur polyvalente allait prendre une telle ampleuré.
Source : Marie-Claude Parent Conseillère en communication Commission scolaire du Pays-des-Bleuets Tél. : 418 276-2012, poste #4010

 



vendredi 7 septembre 2012

La canneberge ....... la cousine du bleuet

La canneberge  ( atoca ) :

La canneberge fait sa place dans le royaume du bleuet.

Le bleuet n'est maintenant plus le seul petit fruit qu'on cultive à grande échelle au Saguenay-Lac-Saint-Jean. La canneberge a fait son apparition et le potentiel est énorme dans la région.

Elle pousse à l'état naturel dans les tourbières. Cette plantation plutôt discrète devient flamboyante en octobre : les champs sont alors inondés pour faire flotter le fruit à la surface et en faciliter la récolte.

La région possède le climat idéal pour produire le petit fruit rouge et les milliers d'âcres de tourbières sont des terrains parfaits. En plus, la canneberge du Lac-Saint-Jean est 100% biologique.

Noms communs : canneberge, atoca, airelle des marais.
Nom scientifique : Vaccinium macrocarpon (Oxycoccus macrocarpus, Oxycoccus spp.).
Famille : éricacées.




POURQUOI METTRE LA CANNEBERGE AU MENU?

Elle apporte de la nouveauté dans les plats cuisinés.


Son jus est rafraîchissant.


Sa saveur acidulée en fait un bon ingrédient pour les vinaigrettes.

Remplie d’antioxydants, elle contribue à prévenir les infections du système urinaire, les maladies cardiovasculaires, les cancers et les problèmes liés au vieillissement.



Description

La canneberge est une plante vivace qui pousse à l'état sauvage dans les tourbières acides. L'arbrisseau à feuilles persistantes ne dépasse pas 30 cm de haut. Bien cultivé, ce végétal peut vivre plus de cent ans.

Ses rameaux minces et rampants peuvent atteindre une taille de 80 cm.
Ses fleurs sont petites, ovales et roses. Contrairement à la majorité des espèces de Vaccinium, les corolles ne sont pas en forme de clochettes mais ouvertes. Quelques très rares bourdons ont été observés comme pollinisateurs.
Ses baies sont rouges.
Dénominations
Au Québec, on emploie principalement le terme canneberge, bien que l'on utilise parfois également « atoca » ou « ataca », noms empruntés aux langues iroquoises[
L'appellation « canneberge » viendrait de la ressemblance de la tige terminale supportant la fleur à une canne de berger.[
Culture
La culture de la canneberge est assez complexe. Elle nécessite d'énormes quantités d'eau pour protéger les bourgeons contre le gel au printemps et à l'automne, ainsi que les plants pendant l'hiver. En effet, la création d'une couche de gel autour des plants permet de les maintenir à 0 °C et donc de les protéger du grand froid et des vents asséchants. Au printemps, 4 cm de sable sont déposés sur la glace si bien que lorsque la glace fond, le sable tombe sur les plants, détruisant les insectes. La canneberge est cultivée dans des bassins sablonneux appelés cannebergières ou atocatières (au Québec). Elle donne ses premiers fruits à partir de la quatrième année.
Historiquement, les cannebergières étaient implantées dans les marais et tourbières. Actuellement les canneberges sont cultivées dans des bassins sablonneux peu profonds construits sur les terres hautes. Pour cultiver la canneberge, plusieurs éléments clés sont essentiels à la croissance. Ces conditions nécessaires se retrouvent dans les tourbières. La plante exige un pH acide de 4 à 5 et une grande quantité d’eau à cause de la morphologie de ses racines. Au mois d’octobre, la plantation devient flamboyante et les bassins sont inondés pour faire flotter le fruit, ce qui facilite la récolte.
Bien entretenus, les plants de canneberge peuvent produire pendant plus de cent ans.
Récolte
Jadis cueillies à l'état sauvage par les Indiens d'Amérique du Nord, les canneberges sont cultivées de façon de plus en plus intensive. La récolte, souvent mécanisée, se déroule la plupart du temps de fin septembre à début octobre. Surnommées « batteurs à œufs », d'énormes machines servent à les ramasser selon une technique industrielle dite « wet » (humide). Les engins brassent l'eau qui recouvre les arbustes plantés dans les marais. Détachés, les fruits mûrs remontent à la surface. Il faut alors les amener vers un bord de la tourbière. Les agriculteurs, dans l'eau jusqu'aux genoux, emprisonnent les fruits dans un boudin flottant. La récolte terminée, les baies seront séchées et nettoyées puis, par un système de tapis roulants, chargées à bord des camions. La récolte doit rejoindre le plus rapidement possible les entrepôts de stockage où elle sera calibrée et congelée.
Présentations des produits
La canneberge est commercialisée fraîche depuis la période de récolte (septembre) jusqu'à la fin de l'année, le fruit se conservant bien naturellement. Elle est aussi vendue sous forme de jus pur ou en mélange, et de fruit séché, dans les magasins de produits diététiques et bio, ainsi que sous forme de complément alimentaire (gélules, comprimés, sachets, etc.) en pharmacie.
Gastronomie
Seules ou mélangées à des pommes, du raisin, de la framboise ou d'autres baies, les canneberges servent à la fabrication de plus de dix millions de litres de jus de fruit par an. L'exportation se développe, surtout vers la Grande-Bretagne. Ils sont également utilisés pour faire des confitures[14], des shampooings ou/et d'autres cosmétiques.
La dinde aux canneberges est un plat traditionnel américain servi à l'occasion de l'Action de grâce (Thanksgiving). En Suède, une variété d'airelles appelée lingon entre aussi dans la composition de nombreux plats traditionnels comme le Köttbullar par exemple, une recette de boulettes de viande.
Qualités thérapeutiques
Le fruit de la canneberge (Vaccinium macrocarpon) est reconnu pour ses qualités thérapeutiques, en premier lieu en tant qu'antioxydant, qualité mesurée par exemple par la valeur ORAC(Oxygen radical absorbance capacity)].
Antioxydants
La canneberge est riche en vitamine C et en antioxydants, en particulier des flavonoïdes. Bien que non-démontré scientifiquement, certains courants de médecine alternative affirment que les antioxydants permettent de neutraliser les radicaux libres du corps et, ainsi, prévenir l'apparition de certains cancers, de maladies cardiovasculaires, et de diverses maladies liées au vieillissement.
Infection urinaire (cystites)
Il contient un élément particulier, la proanthocyanidine de type A (PAC A). Ce composé empècherait certaines bactéries Escherichia coli responsables des cystites d'adhérer à la vessie et de causer l'infection. Ne bénéficiant pas de point d'ancrage, ces bactéries sont alors naturellement éliminées par les voies naturelles[].
Prévention des infections urinaires : Boire de 250 ml à 500 ml par jour de cocktail de canneberge (ce qui équivaut à 80 ml à 160 ml de jus pur), ou prendre, deux fois par jour, l'équivalent de 300 mg à 400 mg d'extrait solide sous la forme de capsules ou de comprimés. On peut également consommer les fruits frais ou congelés à raison de 125 ml à 250 ml par jour.
La canneberge d’Europe (Vaccinium oxycoccos) n'est pas validée pour l'usage dans la prévention des infections urinaires.
Débat sur les qualités thérapeutiques de la canneberge:
Des études divergentes concernent l'effet du jus de canneberge sur les infections urinaires. Selon certaines études, il n'y a pas d'effet sur les infections urinaires, même sur certaines sous-populations. Une étude retient l'intérêt de la canneberge en comparaison au traitement aux antibiotiques, à cause des effets secondaires moindres et de l'inconvénient de la sélection des souches résistantes avec les antibiotiques
[20]. Selon d'autres auteurs, la canneberge contient une substance particulière, la proanthocyanidine de type A (PAC A), un polyphénol qui contribue à diminuer la fixation, sur les parois des voies urinaires, de certaines bactéries coliformes (Escherichia coli) souvent responsables d'infections urinaires. Ces études[21] qui mettent en avant un effet protecteur et non curatif ont été validées par plusieurs avis de l'administration française[22],[23],[24].
L'EFSA, dans le cadre de la révision de toutes les allégations de santé (Règlement 1924/2006), a jugé que les études fournies n'étaient pas suffisantes pour étayer les allégations de santé concernant les infections urinaires.
Soins dentaires
La canneberge pourrait aussi être efficace pour soigner ou prévenir la gingivite et la parodontite (inflammation des gencives).
La proanthocyanidine, dont les effets antiadhésifs sur certaines bactéries responsables des infections urinaires sont probables (voir plus haut), permettrait également d'éliminer certaines bactéries dentaires en créant une sorte de film protecteur.
Il est important de noter que les jus commerciaux offerts sur le marché ont une teneur élevée en sucre et une forte acidité. Ils ne sont donc pas bienfaisants en ce qui concerne l’hygiène buccale.
 


Les Atocas du Nord prisés autour du globe grâce au travail et à la
 persévérance de gens de chez nous (Atocas Lac St-Jean) :

Partout  sur le globe, les grandes tablées du temps des fêtes ne seraient pas les mêmes sans cette petite baie rouge qui embellit nos assiettes.  Les propriétaires d’Atocas Lac Saint-Jean, située à Dolbeau-Mistassini sont probablement, comme Obélix, tombés dans la marmite lorsqu’ils étaient petits.  Ils parlent de cette culture avec un attachement profond à la terre et partagent avec conviction tout le potentiel d’exploitation d’une cannebergière. 

Pionniers dans le domaine au Saguenay Lac St-Jean, Judes Tremblay et Robert Paradis, ont développé depuis 1993, 60 acres et leur exploitation comptera 75 acres en 2012.

L’avantage de la nordicité;

Au Lac St- Jean il était difficile de concurrencer la masse de producteurs situés au Centre du Québec.  « Notre baie est plus petite et d’un rouge plus foncé. La nordicité a été perçue comme une contrainte avant de découvrir quel serait notre caractère distinctif sur le marché international, explique monsieur Tremblay.  En résumé l’approche bio se marie bien avec le contexte nordique » .

« Nous avons prouvé la rentabilité avec un chiffre annuel de 700,000$, maintenant nous souhaiterions bâtir une force régionale », exprime monsieur Paradis.

Dans le futur pourquoi ne pas envisager la déshydratation et la transformation chez nous?

Extrait de :  http://www.serdex.com/ciblexport/ciblexport_16.pdf



Où se procurer des produits transformés de la canneberge?
Entre autres,  La Cannebergerie, une entreprise Jeannoise qui œuvre dans la fabrication artisanale de produits de canneberges biologiques, offre des canneberges en gelée biologiques et des canneberges en sauce biologiques  disponibles à plusieurs points  de vente énumérés sur  http://lacannebergerie.com/point-de-vente.php






Des atocatières  situées  au  Lac St-Jean :

·          Atocas Lac St-Jean, 212 rte Ste Marguerite Marie à Dolbeau-Mistassini.
·         Canneberges Maria-Chapdelaine, 403 rte de Milot à St-Augustin.


VIDÉO 
Extrait de l'Émission L'Épicerie / La Canneberge




Escapade Gastronomique :
Les canneberges seront de la fête  8 septembre 2012


La quatrième édition de l’Escapade Gastronomique de la MRC Maria-Chapdelaine a pris son envol hier. Les canneberges seront à l’honneur cette année et dans cette édition, «on a voulu montrer aux gens qu’on n’a pas besoin de vivre dans les grandes villes pour goûter aux plus sophistiqués et délicieux des menus».

Potence au cerf rouge, magret de canard et sauce relevée de son foie gras et canneberges confites, filet de doré amandine, délice au fromage et canneberges… les six restaurants impliqués dans le projet ont laissé aller leur cuisinier et leur imagination, question d’en mettre plein la vue et la bouche. «L’idée est de dévoiler les qualités culinaires de la région et de les promouvoir», explique Louis Darackian, agent de développement rural au Centre Local de Développement à la MRC Maria-Chapdelaine. M. Darackian est sans aucun doute très enthousiaste face au projet dont il est un des principaux collaborateurs.

On peut donc compter sur des menus originaux à prix modiques dans différents restaurants de la région de Dolbeau-Mistassini. La Table du Monastère, le Notre Café Bistro, le Restaurant bar Le Petit Cousin, le Resto 3F et le Resto-bar Place Centre-Ville, tous de Dolbeau-Mistassini, ainsi que le Restaurant le Kastelet de Girardville, se sont joints au projet en présentant et en offrant à la population des repas gastronomiques en table d’hôte avec quatre services entre 25 et 35 dollars. «On veut développer un circuit gastronomique par le goût et non par le coût!» explique M. Darackian.

La dernière journée allouée à l’Escapade Gastronomique aura lieu le samedi 21 février dans les restaurants participants. Il faut par contre réserver et avec ces appét  issants menus, il sera assez difficile d’y résister.




Des recettes:    http://recettes.de/canneberge











Mise à Jour 2016


Crédit photo:  Agrinova

En plus de des bienfaits déjà connus des canneberges, des études se poursuivent pour utiliser les petits fruits déclassés dans l’alimentation porcine. Une étude réalisée par Agrinova expliquée dans l’article suivant : 





Mise à Jour 2017

Contrairement à l'été 2016 où la  température a été assez clémente et la récolte abondante, cette année la saison a été plutôt médiocre.... à quoi devons-nous nous attendre pour la prochaine récolte de canneberges???

À suivre...





http://www.facebook.com/LaPageDesBleuetsDuLacSaintJean