mercredi 2 mai 2012

"Saint-André-de-l’Épouvante" ou Saint-André-du-lac-Saint-Jean


photo d'archive





Saint-André du Lac St-Jean


Le village :
Le village de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean est situé dans la région administrative du Saguenay-Lac-Saint-Jean, à la jonction de la rivière Prudent et de la rivière Métabetchouane, au sud-est de Roberval. Saint-André fait partie de la municipalité régionale de comté du Domaine-du-Roy et de la région touristique du Tour-du-Lac.

Le village regroupe un peu plus de 500 Andréjeannoises et Andréjeannois et se déploie sur une superficie d’environ 156 kilomètres carrés.

Le nom du village rappelle le souvenir de M. André Néron, l’un des premiers colons de ces lieux.

Saint-André-du-Lac-Saint-Jean est appelé communément Saint-André-de-l’Épouvante en raison de la chute de l’Épouvante sur la rivière Métabetchouane qui se trouve sur son territoire. C’est d’ailleurs grâce à la rivière Métabetchouane que le village est né vers la fin du XIXe siècle, quand on commence à y exploiter la forêt et, un peu plus tard, des carrières de granit vert.

Il semblerait que les premiers colons viennent s’y établir en 1888. En 1895, la paroisse de la mission Saint-André est constituée sur une partie du territoire des cantons de De Quen (du nom du prêtre missionnaire Jean De Quen), Métabetchouan et Saint-Hilaire.

Une usine prometteuse de transformation du bois de la compagnie Métabetchouan est fondée dans le village en 1901, mais la même année un incendie a lieu qui anéantit quelques maisons et cette pulperie qui ne sera jamais reconstruite.

Par contre, la Scierie de Saint-André, fondée en 1965, a eu une vie assez longue, elle a assuré l’emploi des résidents jusqu’en 1977.

Le village possède une école primaire, une patinoire extérieure, des terrains de jeux, dont un terrain de baseball, un terrain de tennis et un terrain de planche à roulettes.

Parmi les attraits touristiques, culturels et patrimoniaux, on y remarque la rivière Métabetchouan avec sa célèbre chute et un réseau de sentiers de motoneige et de quad.    
Source :             http://grandquebec.com/villes-quebec/st-andre-lac-st-jean/      


Chutes Saint-André

Pourquoi surnommer le village de St-André-du-Lac-St-Jean,  St-André-de-l’Épouvante ?


·   Selon le site Web www.memoireduquebec.com, l’ancienne appellation de Saint-André-de-l’Épouvante aurait été due au fait que des colons visitant ces terres les trouvèrent si attirantes que la nouvelle se répandit «à l’épouvante» et qu’on assista alors à une véritable course pour le choix des lots.

·     Selon Wikipedia, le village aurait été surnommé ainsi à cause de la Chute de l’Épouvante,  le village de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean étant situé au creux plateau des Laurentides aux abords de la rivière Métabetchouane.  Le village située à la hauteur de la Chute de l'Épouvante….lui valut son surnom.


·    Les chevaux seraient à l’origine de l’appellation  ‘’Saint-André de l’Épouvante’’ 


Les chevaux  à l’origine de  

Saint-André de 

« l’Épouvante » 


Plusieurs légendes urbaines racontent l’origine de cette appellation qui surtout fait sourire.

La plus plausible explication et celle qui obtient la quasi-unanimité des Andréjeannois, l'ethnonyme qui désigne le nom des résidents de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean, concerne une certaine réaction de chevaux au début de la colonisation.

« Les fidèles se rendaient à cheval à Métabetchouan pour la messe du dimanche. Le parcours habituel obligeait les chevaux à descendre une côte très prononcée. On disait qu’ils partaient « à l’épouvante » d’où le nom de Saint-André de l’Épouvante », explique le maire Gabriel Martel.

Qu'à cela ne tienne, les habitants affichent tout le contraire de cette dénomination. Le maire explique que la carte de visite de sa municipalité est axée sur l’accueil proverbial de ses habitants.

« Le tourisme est très important pour notre municipalité. Lorsque les visiteurs retournent chez eux, ils ont le goût de revenir et ils le font souvent. Nous sommes accueillants, réceptifs à leur moindre besoin », commente-t-il.

Plus de 200 chalets

Sur le long de la rivière Métabetchouan qui serpente tout le territoire de Saint-André, nombreux sont les visiteurs qui se rendent dans les chalets qui s’y trouvent. Que ce soit pour la pêche en été, pour y pratiquer le VTT ou la motoneige, le nombre de passants contribue à l’économie locale.

« Même si une partie du chemin n’est pas sur notre emprise, nous entretenons la route d’accès. C’est pour nous une façon de dire merci aux propriétaires de plus de 200 chalets qui nous apportent de l’eau au moulin ».


Carrière Vert de St-André


Le granit vert:  


Types de roches
Mangérite
Secteur
Saint-François-de-Sales
Région
Saguenay - Lac-Saint-Jean
Mangérite
Saint-André-du-Lac-Saint-Jean
Saguenay - Lac-Saint-Jean
Mangérite et jotunite
Réserve faunique des Laurentides
Saguenay - Lac-Saint-Jean
Syénite
Magpie
Côte-Nord
Leucogabbronorite
Saint-Nazaire
Saguenay - Lac-Saint-Jean
 Depuis le début des années 1990, on a extrait un granit vert en blocs dimensionnels de deux carrières au sud-est du village de St-André. La pierre est utilisée pour la production de panneaux dimensionnés, de tranches et de tuiles minces. Elle est commercialisée sous le nom de Vert Saint-André. La variété Rêve Vert provenait également de ce secteur (Bellemare, 2001, p. 216).
La roche exploitée est une mangérite quartzifère, à grains variant de moyens à grossiers et de couleur gris verdâtre. Elle se compose de 50 % de feldspath potassique, de 20 % de feldspath plagioclase, de 8 % de quartz, de 18 à 20 % de minéraux mafiques (pyroxènes, hornblende) et de 3 à 5 % de minéraux opaques (Ledoux, 1991).

Source : http://www.mrnf.gouv.qc.ca/mines/industrie/architecturale/architecturale-exploitation-substances-granite-verte.jsp 





   Le village de St-André est situé à 34 km de Roberval.






                        


Pour ma part, j'ai une tendance à croire   qu'il est possible que les chevaux prenaient l'épouvante en descendant la côte où est située l'église.....


  





Mise à Jour Octobre 2016



" Sentier de l’Épouvante"  

un sentier pédestre à découvrir.


Hélène Gagnon journaliste,  a signé un article dans un journal régional après avoir marché ce sentier à Saint-André du Lac Saint-Jean.




https://www.facebook.com/LaPageDesBleuetsDuLacSaintJean?ref=hlX"*

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre un peu de votre temps pour me faire connaître vos commentaires et vos questions.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.